Né en 1995 à Hamouriyeh, dans l’Est de la Ghouta, Abdulmonam Eassa a débuté sa carrière en tant que photographe indépendant en 2013 en couvrant et en documentant la ville de Damas bloquée, les carnages, les destructions causées par les frappes aériennes et les bombardements quotidiens. Depuis cinq ans, il travaille pour l’Agence de Presse Française (AFP) en Syrie et a réalisé plus de 1.200 clichés représentant des vies de familles ou des enfants.

Réfugié à Paris depuis octobre, il travaille sur la manifestation des gilets jaunes. Ce mouvement a provoqué un engouement dans le monde entier, ce qui lui a valu le classement d’une de ses photos de Paris comme l’une des meilleures images de 2018.

Au travers de ses photos, il souhaite informer le reste du monde sur ce qui se passe en Syrie, en montrant notamment la réalité lors des blocus. Ces photos, qui montrent comment vivent les gens durant la guerre, restent aussi en mémoire par leur qualité esthétique.