Mélanie Wenger est photographe documentaire française. Diplômée en lettres et d’un master en photographie, elle est membre fondatrice de la coopérative de photographes Inland et développe des travaux documentaires au long cours sur des problématiques sociales et environnementales. Exploratrice National Geographic et contributrice, elle travaille pour la presse française et internationale (L’Obs, Le Figaro Magazine, Stern, Geo Allemagne…).

Depuis 2014, elle questionne le curieux monde de la faune sauvage et de la conservation. Après avoir travaillé sur le trafic d’ivoire, le braconnage d’éléphants et de rhinocéros dans plusieurs pays d’Afrique, elle raconte l’histoire schizophrénique de l’industrie de la chasse. Sa série « Sugar Moon » est nommée Lens Culture Emerging Talent 2018.

Lauréate du Prix HSBC pour la Photographie 2017, sa première monographie, Marie-Claude, est publiée aux éditions Actes Sud. Cette série documentaire au long cours entre dans l’intimité d’une personne âgée isolée en Bretagne atteinte d’Alzheimer et suit l’évolution de sa maladie pendant cinq ans, jusqu’à la fin.

En Libye, elle travaille pendant trois ans, à la fin de la révolution, sur la série « L’Enfance brisée de la Libye Libre ». Entre 2014 et 2016, elle documente les migrations entre la Libye, Malte et la Belgique. Pour sa série « Lost in migration », elle passe six mois en immersion dans un centre d’accueil pour demandeurs d’asile en souffrance mentale.

 

Réseaux sociaux :

IG : @_melaniewenger_pictures

Facebook : facebook.com/melanie.wengerFR